Ouvrir les portes : Les nouvelles initiatives du Canada pour les primo-accédants

Retour aux articles
home buyer reform

Posséder une maison, autrefois symbole de stabilité et de sécurité, est devenu de plus en plus inaccessible pour de nombreux Canadiens, en particulier les primo-accédants. Avec l’envolée des prix des logements et les taux d’intérêt élevés, le rêve de l’accession à la propriété s’éloigne de plus en plus de la réalité. Le gouvernement canadien est intervenu avec des changements significatifs visant à faciliter le chemin vers la propriété immobilière.

Réformes gouvernementales et leur impact pour les primo-accédants

La ministre des Finances Chrystia Freeland a récemment annoncé des réformes qui entreront en vigueur le 1er août, marquant un moment crucial pour les aspirants propriétaires à travers le pays. Parmi les changements clés figure l’extension des conditions de prêt hypothécaire pour les primo-accédants, leur permettant de choisir des prêts de 30 ans au lieu de la limite précédente de 25 ans.

Dans le but d’alléger le fardeau des paiements mensuels élevés, cette mesure vise à rendre l’accession à la propriété plus accessible aux jeunes Canadiens. Avec des versements mensuels plus bas, les aspirants propriétaires peuvent naviguer dans le paysage immobilier avec plus de facilité, inaugurant une nouvelle ère d’abordabilité.

« C’est un pas dans la bonne direction, mais le gouvernement, à mon avis, n’en fait pas assez pour aider les Canadiens à accéder à la propriété », remarque Terry Kilakos, un expert chevronné de l’industrie hypothécaire et immobilière. « Ils promeuvent la nouvelle construction, et cela n’aide qu’une personne. Le gouvernement vise à collecter plus d’impôts, mais cela n’aura aucun impact sur le Canadien moyen qui essaie d’acheter une maison dans sa communauté locale. »

La crise de l’abordabilité pour les acheteurs de maison

Cette initiative ne pourrait pas survenir à un moment plus critique. Le Canada est aux prises avec une grave pénurie de logements pour accueillir sa population en rapide expansion. Malgré une hausse des débuts de construction lors des premières phases de la pandémie de COVID-19, l’activité de construction a diminué à mesure que les taux d’intérêt augmentaient. Sans intervention, les projections suggèrent qu’en 2030, le Canada sera confronté à un manque stupéfiant de millions de logements, exacerbant la crise de l’abordabilité.

Reconnaissant l’urgence de la situation, le gouvernement canadien s’est engagé à favoriser un marché du logement plus robuste. Le Premier ministre Justin Trudeau a laissé entrevoir des réformes hypothécaires imminentes, jetant les bases de l’annonce de Freeland dans le budget à venir.

« Bien que la perspective de conditions de prêt hypothécaire plus longues puisse évoquer des souvenirs de crises financières passées, le Canada reste résolu dans son engagement envers une régulation prudente », observe Kilakos. « Les leçons tirées des expériences précédentes avec des conditions de prêt prolongées soulignent l’importance de pratiques de prêt responsables. »

Augmentation de la limite du REER pour les primo-accédants

De plus, les initiatives du gouvernement s’étendent au-delà des conditions de prêt hypothécaire. Freeland a dévoilé des plans pour augmenter la limite de retrait des Plans d’épargne-retraite enregistrés (REER) pour les primo-accédants. La limite sera presque doublée, passant de 35 000 $ à 60 000 $. Cette mesure permet aux individus de renforcer leur mise de fonds et de se rapprocher de leurs objectifs d’accession à la propriété.

Soutien pour les propriétaires actuels

En outre, les propriétaires existants confrontés à des difficultés financières recevront du soutien, avec la possibilité de conserver des périodes d’amortissement prolongées sans encourir de frais ou de pénalités. Cette mesure reconnaît les défis auxquels de nombreux Canadiens sont confrontés pour répondre à leurs obligations hypothécaires dans un contexte d’incertitude économique.

En fin de compte, ces réformes signalent un changement de paradigme dans l’approche du Canada en matière d’accession à la propriété. En donnant la priorité à l’abordabilité et à l’accessibilité, le gouvernement ouvre la voie à une nouvelle génération de propriétaires. Alors que les portes s’ouvrent aux primo-accédants, le rêve canadien de posséder une maison devient plus accessible pour tous.

Partager :
  • 866
  • 2