L’incitatif pour l’achat de votre première maison.

Retour aux articles

Est-ce que c’est une fausse bonne idée ?

Le gouvernement canadien offre aux acheteurs d’une première maison la possibilité d’emprunter 5 ou 10 % du prix d’achat d’une maison. C’est une hypothèque avec participation, ce qui signifie que le gouvernement partage les hauts et les bas de la valeur de la propriété. Vous remboursement anticipé le même pourcentage de la valeur de votre maison lorsque vous la vendez ou quand le délai de 25 ans est écroulé.

Calculatrice pour l'achat de votre première maison.

C’est ainsi que fonctionne le régime d’aide aux acheteurs d’une première maison.

Le prix d’achat de votre maison est de 200 000 $, vous recevez 5 % ou 10 000 $. Si la valeur augmente à 300 000 $ et que vous décidez de la vendre, vous devez rembourser 5 % de cette nouvelle valeur. Soit 15 000 $.

Faisons les mathématiques : 200 000 $ à 300 000 $ représentent une augmentation de 33 %, donc 10 000 $ à 15 000 $ représentent le même pourcentage.

Selon le « Re/Max Canada Quarter Century Market Report », le prix moyen d’une maison dans la grande région de Toronto (GTA) en 1996 était de 198 150 $. En 2021, le prix moyen a augmenté à 1 095 475 $. C’est une augmentation de 453 % et un taux de croissance annuel composé de 7,08 %

Revenons donc à notre exemple: Vous achetez votre maison pour 200 000 $, 25 ans plus tard, cette même maison vaudra désormais. En utilisant les 25 dernières années de croissance et un taux composé de 7,08 %, 1 105 959,08 $. Avec les mêmes pourcentages, votre fameux prêt de 5 % ou 10 000 $ à l’échéance vous obligera à remboursement anticipé 55 297,95 $.

Si vous aviez simplement emprunté le même 10 000 $ en utilisant le taux hypothécaire moyen de 3,94 %, sur les mêmes 25 ans, le montant serait de 26 522,90 $ plus cher.

Voici un exemple concret qui montre pourquoi il est mauvais de donner des fonds propres au gouvernement de ton maison. :

L’un de nos clients a acheté une maison en janvier 2020, pour 260 000 $. Sur la recommandation d’une banque, ils ont sauté sur l’incitatif pour l’achat de leur première maison en empruntant 5 % ou 13 000 $. En mai 2022, le couple a décidé de vendre leur maison qui avait monté à 375 000 $. Ils ont été obligés de remboursement anticipé 18 750 $ au gouvernement, soit 5 750 $ ou 31 % de plus en un peu plus de 2 ans, c’est plus cher.

Autant le plan canadien semble être une bonne option. Cela vous coûtera deux fois plus cher, à long terme, si on utilise les statistiques des 25 dernières années. En utilisant ce programme, la seule richesse que vous allez créer c’est de la richesse pour le gouvernement.

Pour aggraver les choses, les critères pour devenir éligible à ce programme sont très restrictifs, et l’incitatif est traité comme une deuxième hypothèque sur votre maison qui entraînera des frais supplémentaires, c’est-à-dire que vous concluez sur 2 hypothèques – alors 2 frais de notaire.

Donc, même si vous êtes admissible – et ce n’est pas une chose sûre – l’incitatif vous demande beaucoup, y compris une majoration potentiellement massive à l’avenir.

Si vous avez besoin de quelqu’un pour démystifier ce programme ou tout autre programme actuellement offert, appelez-nous aux Hypothèques Nord Est. L’un de nos courtiers se fera un plaisir de vous rencontrer afin de déterminer ce qui vous convient le mieux en considérant votre budget.

 

L’incitatif à l’achat d’une première maison – 2e partie  

 

Il y a quelques semaines, nous avons publié un blogue dans lequel nous nous demandions si l’incitatif à l’achat d’une première maison offerte par le gouvernement fédéral était un bon programme et équitable pour les emprunteurs.  

 

Nous avons commencé le blogue en disant : « Est-ce vraiment le cas ? »  

 

Le gouvernement canadien offre aux acheteurs d’une première maison la possibilité d’emprunter 5 ou 10 % du prix d’achat d’une maison. Il s’agit d’un prêt hypothécaire à participation financière, ce qui signifie que le gouvernement partage les gains et les pertes de la valeur de la propriété. L’emprunteur rembourse le même pourcentage de la valeur de la maison lorsqu’elle est vendue ou dans un délai de 25 ans.

 

Or, le gouvernement fédéral aurait l’intention d’introduire des limites à son programme « First-Time Home Buyer Incentive (FTHBI) » afin de couvrir son risque de perte.

 

Ce qui a pu sembler être une proposition lucrative pour le gouvernement au cours des dernières années, avec la montée en flèche des prix des maisons, est devenu une énorme responsabilité face à la baisse des évaluations.

 

En conséquence, le gouvernement prendrait maintenant des mesures pour limiter ses pertes – et ses gains – à un maximum de 8 % dans chaque direction, selon une source familière avec les plans.

 

Wow, cela semble juste… le gouvernement est présent quand cela lui convient, mais lorsque le marché se retourne, il envisage de se protéger des baisses potentielles.

 

Si on se dit la vérité, il s’agit d’un programme impopulaire depuis sa création ; le programme FTHBI a reçu une réponse décevante de la part des acheteurs. Au 31 décembre 2021, le programme triennal de 1,25 milliard de dollars n’avait approuvé que 270 millions de dollars de prêts hypothécaires à capital partagé, et seulement 253 millions de dollars de fonds avaient été versés aux acheteurs d’une première maison. En d’autres termes, alors qu’il ne restait que neuf mois au programme, celui-ci n’avait distribué que 20 % de son budget total.

 

Il existe d’autres moyens d’atteindre le même objectif : vous mettre dans une maison. Pour les connaître, il suffit de contacter un courtier en hypothèques chez Nord Est.

 

Martin Spalding

Les hypothèques Nord Est

Partager :
  • 241
  • 0